cookies1

Il paraît que "L'amour, c'est comme le beurre, ça rend tout meilleur." Je ne suis qu'à moitié d'accord avec cette affirmation. Premièrement, parfois l'amour fait mal. Oui, mâle mal. Alors à moins qu'on soit masochiste, on ne peut estimer qu'il rend quoi que ce soit meilleur dans ces cas-là. Ou alors la souffrance. Ouais, ça se tient. Cela dit, ce n'est pas ce que sous-entend cette phrase. Deuxièmement, le beurre ne rend pas forcément les choses meilleures, pour la simple et bonne raison qu'un excès de beurre est facilement écoeurant. Et à moins de prendre le qualificatif écoeurant dans son sens québécois, ce que je ne fais pas ici, personne ne trouve a priori méliorative l'envie de vomir. Ou alors c'est de l'émétophilie et dans notre société bien-pensante et hygiéniste, un émétophile est considéré comme une personne perverse aux moeurs dépravées et abjectes. Pour ma part, je me garderais bien de juger qui que ce soit, après tout moi j'aime bien l'andouillette. Troisièmement, et last but not least, le beurre noisette est encore meilleur que le beurre. Alors pourquoi ne pas plutôt dire "l'amour, c'est comme le beurre noisette, ça rend tout meilleur" ? Parce que ça sonne moins bien ? En même temps, ce n'est pas comme si la phrase initiale était un alexandrin (oui, j'ai compté les syllabes) (si, je vous assure que j'ai une vie).
Bref, tout ça pour dire que le beurre noisette est une invention délectable qui ne peut que donner un plus à vos pâtisseries les plus diverses et variées, même à de simples crêpes. Les anglophones diraient que le beurre noisette gives a twist to a cake/pie/pastry/pancake/cookie (barrez la mention inutile, même si rien ici ne me paraît superflu). J'aime bien cette expression, donc je me garde de la traduire. Libre à vous de dire "Le beurre noisette, c'est super, ça donne un twist à un gâteau", mais si on vous jette des plaquettes de beurre rance à la figure en vous traitant de snob, vous ne pourrez pas dire que je ne vous avais pas prévenus. Au pire, vous pourrez toujours faire ces cookies pour vous consoler.
Cookies au beurre noisette et aux pépites de chocolat (recette trouvée ici / version imprimable : cookies_beurrenoisette_chocolat).
Pour une trentaine de cookies :
cookies3
  • 1 tasse de beurre doux (226 g) ;
  • 2¼ tasses de farine ;
  • 1¼ cuillère à café de bicarbonate de soude ; 
  • ½ cuillère à café de sel ; 
  • 1 tasse de sucre roux ; 
  • ½ tasse de sucre en poudre ; 
  • 1 gros œuf ;
  • 1 jaune d'œuf ;
  • 2½ cuillère à café d'extrait de vanille ; 
  • 1 cuillère à soupe de yaourt (du fromage blanc pour moi) ;
  • 1 tasse de de pépites de chocolat.

Remarque : Une tasse correspond à l'unité de mesure anglo-saxonne et représente l'équivalent de 240 ml.

Coupez le beurre en morceaux et faites le fondre dans une casserole sur feu moyen. Remuez régulièrement à l'aide d'un fouet jusqu'à ce que le beurre brunisse et prenne une odeur noisettée, caractéristique du beurre noisette. Retirez du feu et laissez-le refroidir à température ambiante.

Dans un petit saladier, mélangez la farine, le bicarbonate de soude et le sel. Dans le bol d'un mixeur, versez les sucres et le beurre noisette. Mixez pour obtenir un mélange onctueux. Ajoutez l'œuf, le jaune d'œuf, l'extrait de vanille et le yaourt et mixez à nouveau quelques instants. Versez les ingrédients secs préalablement mélangés et mixez par à-coups jusqu'à ce que la farine ait totalement disparu. Transférez la préparation dans un saladier, couvrez de film plastique et réfrigérez 30 minutes.

Préchauffez votre four à 180°C. Sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé, placez des petites boules de pâte espacées les unes des autres de 4 à 5 cm (la pâte à cookie s'étale sous l'effet de la chaleur). Enfournez 10 à 12 minutes jusqu'à ce que vos cookies soient dorés. Laissez-les refroidir une quinzaine de minutes avant de déguster.

cookies2

 

Pour suivre A Pie in the Sky sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Instagram), il vous suffit de cliquer sur les petites icônes en haut à droite de cette page :)