Les Grecs nous en veulent. Tellement qu'ils sont prêts à sacrifier leur économie pour que l'on tombe avec eux. Tellement qu'ils ont fait en sorte que tout ce qui vient de chez eux porte la poisse. Pourtant il y a encore des gens qui aiment la Grèce. Cela peut paraître insensé mais c'est un fait.

"Comment a-t-elle réussi à mettre à jour ce complot diabolique ?", vous demandez-vous, dans un mélange d'admiration et de frayeur. Outre les données économiques qui parlent d'elles-mêmes, la journée que j'ai passée samedi à préparer un repas grec pour un ami hellénophile (le pauvre fou) fut composée d'une succession de malchances qui ne peuvent être attribuées qu'au fait que j'ai eu l'audace de me frotter à la gastronomie grecque. Ce jour-là, et c'est encore une preuve de cet abominable complot, une phrase me revenait, comme une rengaine, comme une mauvaise chanson dont l'on ne peut se défaire : "Tout m'afflige et me nuit et conspire à me nuire." Le sort s'est acharné contre moi, bien plus que contre Phèdre qui, elle aussi, était grecque : coïncidence ? je ne pense pas.

Sans rentrer dans le détail (le souvenir de ce que j'ai pu endurer est encore trop prégnant, inscrit dans ma chair) j'ai dû faire face à une recette GRECQUE défaillante me faisant rater mon dessert GREC (seule une recette défaillante pourrait me faire échouer, cela va de soi) ; à un couteau en céramique affuté et à un doigt traînant au mauvais endroit au mauvais moment alors que j'éminçais des oignons pour réaliser un plat GREC à partir de la recette GRECQUE d'une cuisinière GRECQUE ; étourdie par la douleur et ne pouvant pour autant abandonner mes activités culinaires GRECQUES, j'ai persisté et ai à plusieurs reprises enduit de beurre les feuilles (non comestibles) séparant les feuilles de brick, opération totalement inutile lors de la préparation d'une entrée GRECQUE à base de fromage GREC.

Les preuves sont là, irréfutables et éclairantes, laissons franc-maçons, juifs et autres traditionnels bouc-émissaires et concentrons-nous sur la véritable menace actuelle : les mangeurs de féta, les inventeurs de la pédérastie, les danseurs de sirtaki, les admirateurs de Nana Mouskouri, j'ai nommé les GRECS.

Sur ce, passons à la recette du revithosalata ou houmous en GREC et, en le dégustant, ayons une petite pensée pour tous les fervents croyants de la nauséabonde théorie du complot qui sont tellement drôles et si incroyablement dangereux.

Houmous (Revithosalata / Version imprimable : houmous).

Pour 6 personnes :houmous

  • 800 g de pois chiches en boîte, égouttés, rincés et séchés ;
  • 4 gousses d'ail pelées (à moduler en fonction de votre goût pour l'ail) ;
  • le jus d'1 citron ;
  • 6 cuillères à soupe de tahini (pâte de sésame) ;
  • Sel.

Pour servir :

  • De l'huile d'olive ;
  • Paprika ou piment doux ;
  • Pain pita.

Remarque : Vous trouverez le tahini et le pain pita chez votre épicier oriental/exotique/autre adjectif qui évoque le soleil et l'ailleurs.

Dans le bol d'un robot, versez l'ensemble des ingrédients et mixez. Ajoutez un peu d'eau froide pour détendre le tout si nécessaire. Transférez dans un bol et réfrigérez.

Au moment de servir, versez un filet d'huile d'olive sur le houmous et saupoudrez de paprika. Dévorez avec du pain pita.


A Pie in the Sky a désormais sa page facebook, n'hésitez pas à me rejoindre! Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter : APie_in_the_Sky. Enfin, vous pouvez maintenant vous inscrire à la newsletter (en haut de la colonne de droite, en-dessous de la photo de l'auteur) afin d'être averti de la publication de nouveaux articles.