crepes1000trousNe vous êtes vous jamais demandés où était l'intérêt du ou des trous dans la nourriture ? Non ? Et bien, ne vous embêtez pas, je l'ai fait pour vous (cela dit, je vous encourage quand même à penser par vous-même, cela peut être utile en ces temps troubles et agités). De quels trous parlons-nous ici ? De ceux qui, faisant tout l'intérêt du produit consommé, sont pourtant une source immense de frustration. Le trou du donut par exemple. C'est lui qui fait l'identité du donut, son essence même. Un donut sans trou, ce n'est pas un donut, c'est un beignet. Les trous dans la mie d'un bon pain ou d'une bonne baguette permettent de faire passer ce petit courant d'air aérant le tout ; la tartine se fait cachette, derrière laquelle on peut regarder par le trou de la mie (ARRÊTE de jouer avec la nourriture !). Du pain sans petits trous qui aèrent, ce n'est pas du pain, c'est du plâtre. Les gâteaux en forme de couronne, comme celui-ci, trouvent leur majesté dans l'existence de ce trou central qui permet de faire couler du glaçage sur une plus grande surface. Un gâteau en forme de couronne sans trou, ce n'est pas un gâteau-couronne, c'est un gâteau sans-culotte.

Oui mais un trou c'est d'abord une absence, un vide, un néant. Et lorsqu'il s'agit de manger, un vide de nourriture peut éventuellement poser problème. Pourtant, lorsque ce trou est entouré de nourriture, on le remercierait presque d'exister. Parce que c'est ce trou qui nous rappelle que le donut n'est pas un simple beignet et qui, réduisant la quantité de substance mangeable, le rend d'autant plus désirable. Le trou nous met face à un dilemme : il donne autant qu'il enlève.

Philosophes du dimanche : bonjour !

Les crêpes mille trous, ou baghrirs, portant bien leur nom mais un peu moins le miel liquide qui dégouline par les trous, mais c'est ça qui est bon. La recette provient d'un magnifique livre devant lequel je bave régulièrement mais que je n'ai que trop rarement utilisé : Le grand livre de la cuisine marocaine, de Fatéma Hal. Le genre de livres (j'en ai moult de ce type) que vous êtes ravis d'avoir dans votre bibliothèque mais que vous vous permettez d'oublier un peu trop souvent. C'est un peu la bible de la cuisine marocaine et les (trop) rares photos sont magnifiques. Ces crêpes sont très faciles à réaliser : mélangez les ingrédients, faites reposer et hop !, à la poêle ! Je les avais faites pour ma soeur, qui mérite tous les trous culinaires du monde.

Petite remarque d'ordre utilitaire : ma pote VP m'a fait une très bonne suggestion, celle de vous proposer la version imprimable des recettes publiées ici. Trouvant l'idée très astucieuse, je commence dès aujourd'hui en vous faisant la promesse de mettre à jour progressivement toutes les publications de mon blog pour y insérer une version imprimable. L'effort vaut bien le service rendu.

Crêpes aux mille trous (Baghrirs). (Version imprimable : crepesmilletrous).

Pour une douzaine de petites crêpes (et des dizaines de milliers de trous) :

  • 200 g de farine ;crepes1000trous2
  • 200 g de semoule fine ;
  • 1/2 cuillère à café de sel ;
  • 1 cuillère à soupe de levure de boulanger (de la sèche pour moi) ;
  • 1 cuillère à café de levure chimique ;
  • 75 cl d'eau tiède.

Dans un saladier, mélangez la farine, la semoule et le sel. Délayez avec l'eau jusqu'à l'obtention d'une pâte épaisse. Dans un peu d'eau tiède, diluez la levure de boulanger et la levure chimique et incorporez le tout à la pâte. Couvrez et laissez reposer au chaud entre 1h et 1h30.

Faites chauffer une poêle (graissée, si nécessaire, avec un peu d'huile de tournesol). Versez une petite louche de pâte : en cuisant les fameux petits trous vont se former à la surface de la crêpe. Décollez-la et réservez-la au chaud entre deux assiettes. Recommencez jusqu'à épuisement de la pâte.

Si l'auteur propose de les servir natures, chaudes ou froides, ou tièdes avec du beurre et du miel, je vous recommande pour ma part de les dévorer chaudes avec un bon filet de miel.




A Pie in the Sky a désormais sa page facebook, n'hésitez pas à me rejoindre! Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter : APie_in_the_Sky. Enfin, vous pouvez maintenant vous inscrire à la newsletter (en haut de la colonne de droite, en-dessous de la photo de l'auteur) afin d'être averti de la publication de nouveaux articles.