101_1847Me voilà rassurée (et vous aussi j'en suis sûre) : il me reste bien quelques recettes en stock à publier. Ces derniers temps, je n'ai eu que très peu le réflexe "photo" lorsque je cuisinais, si bien que même lorsque le plat ou le dessert préparé me semblait digne de figurer sur ce blog (dites-le moi si vous trouvez que j'en fais trop hein), je ne pouvais que regretter de ne pas avoir dégainé mon appareil à temps (n'ayez pas l'esprit mal placé de la sorte, cela ne se fait pas, d'autant plus que je ne possède pas ce genre d'appareil). Systématiquement, je me dis que je referai la recette m'ayant satisfaite (c'est le cas d'une certaine recette au quinoa, délicieuse, si, si!) mais je n'ai pas toujours l'occasion de réitérer l'expérience rapidement. Fatalement, au gré des publications, le stock des recettes s'épuise et, en ce jour du Seigneur (Lord Mac Feignasse, vous connaissez?), j'étais persuadée que je n'avais plus rien à vous mettre sous la dent. Mais c'était sans compter le fait je suis parfois victime de ce fléau que tout à chacun connaît plus d'une fois dans sa vie (que celui qui n'a jamais pêché me jette le premier planning respecté de A à Z) : la procrastination.

J'ai retrouvé les photos de cette recette au fin fond de mon ordinateur : je l'avais presque oubliée. J'ai réalisé ce cheesecake au début du mois d'avril et je ne le publie qu'aujourd'hui. Aucune raison valable pour cela puisque ce cheesecake, bien que d'une simplicité biblique (je vais arrêter avec les métaphores religieuses, c'est pas comme si j'y connaissais quelque chose), est un régal. C'est peut-être justement sa simplicité qui est remarquable. L'on me parlait vendredi soir d'un cheesecake aux Oreo : cela doit être bon certes, mais je ne suis pas sûre que ce soit le type de cheesecake que je préfère ; je ne suis pas du genre à compter les calories mais l'association fromage à la crème, crème fraîche et Oreo (contenant également une couche de crème entre les deux biscuits au chocolat) me semble à la limite de l'exagération. Bombe calorique, oui ; gâteau trop lourd, non (oui, il y a bel et bien une différence).

Je me rends compte qu'encore une fois je retarde le moment de dévoiler cette recette, sous prétexte de vous parler de mes goûts en cheesecake dont vous n'avez probablement rien à faire. Comme j'aime ça (procrastiner) ou que je n'arrive pas à faire autrement (rayez la mention inutile), voici quelques recommandations préalables. Elles sont plus importantes que ce que vous croyez, d'autant plus si, comme moi, vous manquez de sens pratique et d'organisation. J'ai déjà publié des recettes de cheesecake et vous en avez peut-être déjà réalisé vous-même ; vous devez alors sans nul doute savoir que ce gâteau doit être réalisé la veille de sa dégustation et que la cuisson est relativement longue. Rien ne vaut cependant une piqûre de rappel et ce pour plusieurs raisons : d'abord, il serait dommage de préparer ce cheesecake le jour J simplement parce que vous n'avez pas bien lu la recette (cas d'une banalité confondante en ce qui me concerne), la qualité de la texture en serait amoindrie ; ensuite, ce n'est pas particulièrement drôle de régler son réveil à 1h du matin parce que vous avez commencé à cuisiner trop tard, que vous êtes fatigué, que votre cheesecake doit cuire plus d'une heure et que vous n'avez qu'une envie : aller vous coucher (true story ; fou, non?!).

Comme l'atteste la photo ci-dessus, ce cheesecake est particulièrement crémeux, juste un peu mousseux, ce qui lui confère la légèreté nécessaire. Si vous aimez le cheesecake dans son plus simple appareil, sans fioriture, cette recette est faite pour vous. Fin de la palabre.

Classic New-York Cheesecake (Version imprimable : classicnewyorkcheesecake).

Pour 10 à 12 personnes :101_1839

  • 200 g de Graham crackers (ou de Petits beurres) ;
  • 1/3 de tasse de beurre (environ 80g) ;
  • 750 g de fromage à la crème à température ambiante (Philadelphia, par exemple) ;
  • 1 tasse de crème semi-épaisse (250 ml) ;
  • 4 œufs ;
  • 2/3 de tasse de sucre en poudre (130 g);
  • 1 gousse de vanille.

Préchauffez le four à 150°C.

Écrasez les biscuits pour obtenir des miettes assez fines. Vous pouvez aussi les mixer dans un robot si vous êtes équipé. Faites fondre le beurre et le mélangez aux biscuits écrasés. Étalez cette préparation dans le fond d'un moule à bords hauts, l'idéal étant un moule à charnière, et tassez bien à l'aide d'une cuillère. Réservez au frais.

Battez le fromage à la crème et la crème fraîche afin d'obtenir un ensemble homogène. Ajoutez les œufs et mélangez bien. Incorporez ensuite le sucre. Fendez la gousse de vanille dans la longueur et extrayez-en les petites graines noires. Ajoutez-les à l'appareil et mélangez.

Versez la préparation dans le moule et faites cuire 1h10. A la fin de la cuisson, éteignez le four et laissez-y le cheesecake refroidir. Placez-le ensuite au frais jusqu'à dégustation (24 heures de préférence).

 

A Pie in the Sky a désormais sa page facebook, n'hésitez pas à me rejoindre! Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter : APie_in_the_Sky. Enfin, vous pouvez maintenant vous inscrire à la newsletter (en haut de la colonne de droite, en-dessous de la photo de l'auteur) afin d'être averti de la publication de nouveaux articles.