En règle générale, la publication des billets sur ce blog obéit à une certaine logique (peut-être un peu moins ces derniers temps, du fait de l'entremêlement de plusieurs séries): celle de l'ordre chronologique selon lequel j'ai réalisé les recettes. Le présent billet constitue une entorse à cette règle mais pour une raison tout à fait valable. J'ai, en effet, réalisé ce cheesecake aux myrtilles et au chocolat blanc notamment après avoir discuté avec H. des cheesecakes qu'elle avait mangés aux États-Unis. Celui-ci était son préféré. Il ne m'en a pas fallu plus pour avoir envie de goûter cette association classique mais efficace dans un cheesecake. H. n'a pas eu l'occasion de le goûter puisque je l'ai réalisé près d'un mois après mon escapade à Rennes à l'occasion d'un goûter la veille de mon départ pour Montréal. Mais H. s'en va vers d'autres cieux où elle n'aura malheureusement pas de four (je compatis au plus haut point, je ne sais pas si je pourrais survivre personnellement) et il lui fallait donc cette recette avant son départ afin de pouvoir la réaliser. J'espère donc qu'elle n'arrive pas trop tard.

Et puis je crois savoir que 'U.&A. ont particulièrement apprécié ce gâteau, alors, à défaut d'avoir publié la recette de la key-lime pie qui avait fait grimper 'U. aux rideaux (anecdote ici), peut-être celle-ci les fera-t-elle patienter. Enfin, je ne serais pas étonnée que M., après sa première tentative réussie, ait envie de renouveler l'expérience du cheesecake avec cette recette qu'elle a également appréciée je crois.

100_9972

Ce gâteau a réellement fait l'unanimité parmi ceux qui  l'ont goûté (oui, parce qu'il y a toujours celui qui ne veut pas en démordre: "Non je n'aime pas le cheesecake ni le chocolat blanc"; tant pis pour lui, y'en a eu plus pour les autres!). Comme je vous le disais ici, même la Champi a aimé ça alors même qu'elle n'aime pas le chocolat blanc: en voilà une qui ose braver ses préjugés gustatifs! Malgré le chocolat blanc, ce cheesecake n'était pas trop sucré (je n'ai pas ajouté de sucre, faut pas exagérer), bien crémeux, onctueux et d'une texture dense sans être étouffante. Un seul petit reproche: je l'aurais bien fait cuire 15 minutes de plus, mais, apparemment, cela n'a dérangé que moi.

Ce cheesecake a également été pour moi l'occasion de tester une nouvelle association de fromages -puisque je n'avais pas de Philadelphia-,  qui m'a d'ailleurs tout à fait satisfaite: ricotta et Saint-Moret.

Cheesecake aux myrtilles et au chocolat blanc.

Pour une dizaine de personnes:100_9974

  • 600g de Saint-Moret;
  • 250g de ricotta;
  • 3 œufs;
  • 360g de chocolat blanc à cuire;
  • 250g de myrtilles fraîches;
  • 1 paquet de petits-beurres;
  • 80g de beurre.

Préchauffez le four à 150°C.

Écrasez les petits beurres pour obtenir des miettes assez fines. Vous pouvez aussi les mixer dans un robot si vous êtes équipé. Faite fondre le beurre et le mélangez aux petits beurres écrasés. Étalez cette préparation dans le fond d'un moule à bords hauts, l'idéal étant un moule à charnière, et sur ses bords et tassez bien à l'aide d'une cuillère. Réservez au frais.

Faites fondre le chocolat blanc au bain-marie, puis laissez-le légèrement refroidir. Battez le Saint-Moret et la ricotta juste assez pour les assouplir. Incorporez le chocolat blanc, puis les œufs un à un en battant bien entre chaque. Ajoutez les myrtilles et mélangez délicatement afin de ne pas les écraser.

Faites cuire 1h30 (voire un peu plus). A la fin de la cuisson, éteignez le four et laissez-y le cheesecake refroidir. Placez-le ensuite au frais 24h, voire plus si vous pouvez. Je sais que c'est long mais ça vaut vraiment le coût d'attendre. C'est ce repos au frais qui permet à la texture du cheesecake de s'exprimer au mieux.

100_9964