100_9428Pas évident de reprendre après une telle absence, la plus longue depuis la création de ce blog. Pas si longue que ça finalement lorsque l'on considère le contexte: de nombreux blogs s'assoupissent sous la chaleur estivale pour revenir plus actifs que jamais en septembre. Pourtant, tenir ce blog régulièrement m'a manqué parce qu'il fait partie des choses qui n'appartiennent qu'à moi, de ces petits moments que l'on s'accorde parce qu'ils sont indispensables. Ces derniers se sont raréfiés ces derniers temps au profit d'instants passés avec plus ou moins de monde. Si le passage de la convivialité forcée au réel plaisir d'être avec les personnes présentes ne se fit pas toujours facilement, je n'ai finalement jamais regretté de m'être rendue aux différents événements qui ont rythmé mon retour dans le Nord. Même si l'image du chat paressant pour son seul plaisir, libre de quitter des lieux trop peuplés ou un être l'importunant, fut un idéal inaccessible lors de ce long weekend. L'apparence des festivités voile les mélancolies.

Ces événements eurent cependant d'agréable qu'ils demandèrent systématiquement que je mette la main à la pâte. Si je prends autant de plaisir à cuisiner qu'à manger, les deux activités me semblent toutefois indissociables: il me paraît impossible de ne pas goûter ce que l'on prépare. Et ce quelque soit l'étape de la préparation: comment améliorer une recette si on ne la goûte pas pendant et après sa réalisation? Certes, les remarques des autres goûteurs sont très importantes, mais goûter par soi-même reste irremplaçable.

100_9414

Cette quiche ricotta roquette fut ainsi la frustration de mon weekend. À force de discuter avec des personnes que je n'avais pas vues depuis plusieurs années, j'ai laissé servir le plat que j'avais apporté en guise de participation et, surtout, je l'ai laissé être mangé à la vitesse de l'éclair! Le pire c'est que nous étions tellement nombreux que je n'ai même pas su qui en avait gouté et n'ai donc pu avoir aucun retour. Mais cela suffit de se plaindre, je me dois de rendre ici un hommage. Certaines personnes vous marquent à vie, parce qu'elles laissent leur empreinte sur l'être que vous devenez, parce qu'elles vous façonnent d'une certaine façon. Et elles comptent, également parce qu'elles vous rappellent une période de votre vie qui fut essentielle. Mon instituteur du CM1-CM2 fait partie de ces personnes, rares. Je pense tenir notamment de lui mon amour pour l'école et l'apprentissage en général, une certaine rigueur, le refus de l'approximation, mon exécration des fautes  d'orthographe et un certain perfectionnisme. Je discutais avec lui lorsque ma quiche a été servie. Et je n'aurais remplacé cela par rien au monde.

Et puis je la referai.

J'ai trouvé cette recette sur le blog de Scally et je l'ai légèrement modifiée: je n'y ai pas mis de petits pois et j'y ai ajouté des pignons de pin (rapport à ma monomanie précédemment évoquée). Le fait de cuire de la roquette a étonné certaines personnes de mon entourage que je ne citerai pas ("Tu mets de la salade dans une quiche?") mais cela est évidemment dû à un manque de prise de risque culinaire certain.

Quiche ricotta roquette.

Pour 6 personnes:

Pour la pâte:

  • 200g de farine;
  • 125g de beurre (normalement demi-sel mais je n'en avais pas donc j'ai ajouté une grosse pincée de sel);
  • 1 œuf;
  • eau froide.

Pour l'appareil:

  • 3 œufs;
  • 1 pot de ricotta;
  • 125g de crème liquide;
  • 25g de parmesan fraîchement râpé;
  • 50g de roquette (2 très grosses poignées);
  • 2 cuillères à soupe de pignons de pin;
  • muscade, sel et poivre.

100_9416


Mettez la farine dans un saladier, formez un puits et ajoutez le beurre coupé en petits morceaux et l'œuf battu. Incorporez la farine petit à petit vers le centre du saladier en malaxant légèrement avec les doigts.  Si la pâte est trop sèche ajoutez un peu d'eau froide. Formez une boule avec la pâte.

Si vous utilisez du papier sulfurisé faites comme moi: étalez directement la pâte sur un morceau assez grand pour le moule à tarte que vous utiliserez. Sinon, étalez la pâte sur une surface farinée et foncez-la dans un moule anti-adhésif. Recouvrez d'aluminium et laissez-la reposer au frais au moins 30 minutes.

Préchauffez votre four à 210°C (th. 7). Découpez un cercle de papier sulfurisé un peu plus grand que le diamètre du moule que vous utilisez, déposez-le sur la pâte puis recouvrez-le de légumes secs (attention, une fois passés au four ces légumes ne sont plus mangeables mais vous pouvez les conserver pour une cuisson à blanc ultérieure). Enfournez pour 10 minutes.

Pendant ce temps, préparez l'appareil. Dans le bol d’un robot, mixez la roquette pour obtenir un hachis très grossier (si vous n’avez pas de robot, émincez grossièrement la roquette). Ajoutez les œufs, la ricotta, la crème, le parmesan et mixez. Ajoutez la noix de muscade, le sel et le poivre puis mixez à nouveau.

Versez ce mélange sur la pâte brisée cuite à blanc puis ajoutez les pignons de pin sur toute la surface. Réglez le four à 200°C et enfournez pour 25 à 35 minutes, jusqu’à ce que la quiche soit bien dorée et la garniture prise.

Goûtez-la et dites-moi ce que vous en pensez!

À suivre...