-100_9006


Bien que l'idée de passer un weekend entre filles datât déjà de plusieurs mois, et que la date en fût à peu près fixée en avril, la destination ne fut décidée qu'une dizaine de jours à peine avant le départ. Il faut croire que les frissons produits par le suspense furent trop longtemps délicieux. Ou simplement que nous étions toutes trop absorbées par notre quotidien pour se décider à l'avance.

Je ne sais plus vraiment laquelle de nous proposa de partir à Deauville. Nous avions envie, et besoin sans doute, de soleil mais le temps nous faisait cruellement défaut - nous disposions d'un petit weekend - et nos porte-monnaies de stagiaires ou d'éternelles étudiantes se seraient révélés insuffisants pour rendre visite à N. en Corse, comme nous le voulions initialement. Et, last but not least, nous étions contraintes par la diversité de nos points de départ respectifs: il n'existe pas des masses de points relativement équidistants de Bordeaux, Paris et Bruxelles. La célèbre petite ville normande finit donc par s'imposer, faute de concurrentes sérieuses. Je pense qu'aucune de nous ne le regrette.


100_8985

Pourtant, une météo clémente était loin d'être assurée. Loin de moi l'idée d'affirmer qu'il pleut invariablement en Normandie - ou en Bretagne, bien que ces deux régions soient bien distinctes, je ne veux fâcher personne - mais le temps magnifique dont nous avons profité samedi fut généralement qualifié d' "exceptionnel" par les différents Normands qu'il nous fut donné de rencontrer. J'en conclus donc que nous fûmes particulièrement chanceuses. Nous eûmes quand même droit à notre orage et à notre matinée dominicale pluvieuse, excluant définitivement la possibilité de faire la crêpe sur la plage, mais cela nous donna l'idée - enfin, rendons à César ce qui est à César, merci à A. d'avoir eu cette bonne idée! - d'aller visiter Honfleur. En stop, sinon ça aurait été moins drôle. D'ailleurs, j'ai été surprise de constater la vitesse avec laquelle nous avons trouvé quelqu'un pour nous emmener: une française discutant avec un Italien en espagnol de la situation de Cuba, voilà qui est peu commun!

Je me représentais Honfleur comme une destination romantique, idéale pour un weekend en amoureux, et je n'avais pas tort! Plus simple et plus authentique que Deauville, et d'une autre époque aussi, ce petit port fleure bon le terroir, l'andouillette et la tarte normande, tout en étant incontestablement touristique.

100_9086
100_9064

Quant à Deauville, elle s'est avérée moins tape-à-l'œil que prévu, malgré la profusion de grosses voitures et la présence du casino qui, bien que massif, ne détonne pas à côté des magnifiques et immenses manoirs normands. Deauville est assurément une ville bourgeoise mais l'est suffisamment discrètement. Je ne peux bien sûr pas manquer de vous parler des mythiques planches deauvillaises. Bordées par l'établissement des bains de mer dont les bâtiments sont délicieusement désuets et dont les cabines portent le nom des acteurs et réalisateurs américains ayant participé au festival du cinéma américain de Deauville, les planches donnent un réel cachet au bord de mer. De quoi donner envie de chantonner "Chabadabada, chabadabada"...


100_8993

Je serais injuste si je n'évoquais pas Trouville, qui est le pendant légèrement plus populaire - on y trouve quand même un casino, faut pas déconner - de la riche Deauville. Séparées par un bras de mer et reliées par le pont des Belges, ces deux villes sont de fausses jumelles. Trouville donne réellement une plus grande impression de simplicité. Si la pluie ne nous en avait pas empêché dimanche, nous aurions comparé la fréquentation des deux plages, rien qu'en quantité. Cela dit, elles sont aussi belles l'une que l'autre.

100_9015100_9017

Cela dit, venons en au fait. Le prix du petit déjeuner n'était pas compris dans celui de la chambre de quatre que nous avions réservée dans un petit hôtel trouvillais sentant "les parfums d'hier" - c'est eux qui le disent... -, j'avais donc été bien inspirée de préparer et d'emmener des muffins chocolat-framboise qui furent, je crois, bien appréciés par mes copines. Un bémol selon moi: leur forme pas assez "muffinienne" (j'adore inventer des mots!). Cela est sans doute du à un remplissage excessif des petits moules; à essayer donc en ayant la main plus légère.

100_8969

Muffins au chocolat, cœur de framboise. (Recette tirée du Grand Livre Marabout de la cuisine facile et très légèrement modifiée.)

Pour une quinzaine de muffins (voire plus si vous remplissez moins les moules, moins si vous en avez des plus gros):

  • 250g de farine;
  • Un sachet de levure chimique;
  • Une cuillère à café de bicarbonate de soude;
  • 25g de cacao en poudre;
  • 165g de sucre en poudre;
  • 50g de beurre fondu;
  • 160ml de lait;
  • 120g de crème fraîche (j'ai mis de la crème semi-épaisse);
  • 2 œufs;
  • 150g de chocolat noir haché grossièrement (je l'ai haché au mixeur et il restait des morceaux plus gros ce qui s'est avéré encore meilleur à la dégustation: tomber sur un gros morceau de chocolat...);
  • Une quinzaine de framboises (une par muffin en fait, les miennes étaient plutôt grosses, ce qui est mieux, ce qui représentait une centaine de grammes).

100_9024


Préchauffez le four à 200°C.

Tamisez la farine, la levure, le bicarbonate, le cacao et le sucre au-dessus d'un saladier. Dans un autre saladier, mélangez ensemble le beurre, le lait, la crème fraîche et les oeufs. Incorporez ce mélange à la farine. Ne remuez pas trop: la préparation doit rester grumeleuse. Incorporez les ingrédients restants, sauf les framboises.

Répartissez la pâte dans les moules (si vous avez des caissettes en papier à mettre dans les moules c'est encore mieux) de la manière suivante: une grosse cuillère à soupe de préparation chocolatée, une framboise et à nouveau de la préparation pour recouvrir la framboise.

Faites cuire 25 minutes au four. Laissez reposer 5 minutes (voire plus pour être sûr d'éviter les drames, et je vous dis ça d'expérience...) avant de démouler sur une grille (alors moi, comme je suis super maline et qu'en plus je n'ai qu'une grille allant au four que je devais ré-utiliser immédiatement, je les ai démoulés sur une assiette; c'est une mauvaise idée car ils risquent de coller à l'assiette).

Laissez refroidir avant de déguster à n'importe quelle heure parce qu'il n'y a pas d'heure pour être gourmand(e)!


100_9030


Et le cœur de framboise...

100_9033

Merci à J. pour la séance photo!