Un plat de pâtes, quoi de plus banal?

Mais justement, le défi est là: cuisiner un plat de pâtes qui sorte de l'ordinaire, des traditionnelles Bolognaises et des souvent trop lourdes Carbonara (mais ce sera sans doute l'objet d'un prochain post: ce n'est pas parce que ce sont des recettes vues et revues et re-revues qu'elles ne sont pas intéressantes!).

C'est par hasard que je suis tombée sur une recette de pâtes, illustrée par une photo qui m'a tout de suite mis l'eau à la bouche: les Penne with Spinach, Toasted Pine Nuts and Fresh Mozzarella du chef Colin Ambrose. Je me suis donc empressée de préparer cette recette pour la faire goûter à mon cobaye préféré. Bon, finalement, ce ne fut pas à la hauteur de mes espérances. Les épinards doivent cuire dans un bouillon: il 'y en avait beaucoup trop! Résultat: une sauce excessivement liquide, les pâtes faisaient trempette, premier (gros) défaut de cette recette. Ensuite, pourquoi de la mozzarella franchement? Dans une pizza, je veux bien: on mord dedans, nos dents sont reliés à la part par trois kilomètres de fil de mozza fondue, on a l'air bête, mais c'est un peu le principe de ce qui se mange avec les doigts (c'est bien meilleur avec les doigts, soit dit en passant). Ou encore, dans une salade tomates-mozza, d'un triste classicisme me direz-vous, mais il suffit d'une authentique mozza di buffala et d'une poignée de basilic frais pour en faire une entrée digne de ce nom. Bref, la mozza, bien qu'ajoutée au dernier moment, a commencé à fondre, ce qui n'était ni esthétique, ni pratique.

On a quand même fini nos assiettes, on n'aime pas gâcher, mais c'était à la fois assez décevant et potentiellement bon pour me donner envie de modifier cette recette.

Je l'ai donc à nouveau réalisée pour ma copine Norya (et puis pour ma maman, et enfin pour mon cobaye: ce serait trop injuste qu'il goûte uniquement les premiers essais, pas forcément concluants) en faisant quelques modifications. J'ai logiquement diminué la quantité de bouillon, remplacé la mozzarella par de la ricotta pour l'onctuosité, et ajouté des copeaux de parmesan pour le goût et le croquant.

Ce fut un délice!

100_8106



Penne aux épinards, ricotta, pignons grillés et copeaux de parmesan.

Pour deux personnes:

  • Deux têtes d'ail (entre 10 et 12 gousses, oui ça fait beaucoup d'ail mais c'est ça qui est bien);
  • Deux cuillères à soupe d'huile d'olive;
  • Un demi-cube de bouillon de légumes ou de poule (j'ai utilisé un super bouillon-cube de légumes bio offert par Do à Noël, comme quoi, sans lui rien n'eut été possible!);
  • une demi-botte d'épinards frais (de jeunes pousses bien vertes, c'est encore meilleur!);
  • Deux cuillères à soupe de ricotta;
  • Quelques pignons de pin grillés à sec (sans gras donc) à la poêle (attention de ne pas les faire brûler, c'est tout de suite moins bon);
  • Du parmesan à couper soi-même (pas de parmesan râpé, ça ne donne pas du tout la même texture, et ça a moins d'intérêt)
  • 250g de penne (je vous conseille vivement de choisir des pâtes complètes: elles ont plus de goût et c'est bien meilleur pour la santé... comment ça on s'en fiche?!)
  • Du gros sel, pour la cuisson des pâtes.

Epluchez les gousses d'ail et les mixer au robot avec l'huile d'olive. Réservez.

Faites bouillir 1 litre d'eau salée dans une grande casserole et y faire cuire les pâtes al dente. J'insiste sur ce point: les pâtes continueront ensuite légèrement leur cuisson dans la sauce.

Faites griller les pignons de pin et les réserver.

Lavez et émincez les épinards. Faites bouillir 10 cl d'eau avec le bouillon-cube jusqu'à ce que celui-ci soit bien dissout. Y plonger les épinards et le mélange ail-huile d'olive, mettre à petit feu. Attention: ne les faites pas cuire trop longtemps, afin qu'ils conservent leurs vitamines. Trois petites minutes suffisent.

Ajoutez la ricotta aux épinards, puis les pâtes lorsqu'elles sont cuites et égouttées. Mélangez délicatement.

Dressez les penne dans de grandes assiettes et décorez des pignons et de copeaux de parmesan.

C'est prêt et c'est teeeeeellement bon!

100_8098